Vous êtes ici: Notre association >> Dans la Presse >> Paris Normandie - Envahie par les chats

Paris Normandie - Envahie par les chats

Envoyer Imprimer PDF

Les chats envahisseurs

 

Envahie par les chats

 

Si l'article est difficile à lire, il est écrit:

Envahie par les Chats

Animaux. Dans son logement insalubre, Josiane vivait avec plus de quarante félins. Une situation qui rendait les travaux impossible. L'École du Chat et Trente Millions d'Amis sont venus prêter main-forte.

Tout commence par un appel au secours. La voix au bout du fil est paniquée, "Je vais être relogée pour insalubrité. J'ai peur. J'ai besoin d'aide.". Le coup de téléphone n'est pas adressé au centre social de Vernon, mais à Lynda Dumélé, la présidente de l'École du Chat, une association de protection des animaux.

Au vout du fil, Josiane 66 ans, habitante du chemin des Haguelets. Chez elle se trouvent une quarantaine de chats et un chien. Un véritable casse-tête pour le bailleur social Eure Habitat. Il souhaite effectuer des travaux chez elle mais est dans l'impasse depuis plusieurs mois.

Les chats se sont reproduits entre frères et soeurs

Il y a urgence. Dans sa maisonnette de trois pièces, le sol et les murs sont défoncés. Les volets sont fermés, on ne voit pas la lumière du jour. La crasse et les excréments des bêtes alimentent la puanteur ambiante. Les chats ne sont pas les seuls à grouiller dans tous les sens. On trouve des cafards partout.

"J'ai perdu successivement les trois êtres qui m'étaient les plus chers", livre Josiane avec émotion et réserve. "J'ai lâché prise et je me suis laissée dépassée". Ses chats se sont multipliés. Ils se sont reproduits entre frères et sœurs. Plusieurs présentent des anomalies.

Malheureusement, Josiane, affaiblie physiquement et mentalement, reste fermée pendant plusieurs mois à toute aide ou intervention. "J'ai travaillé toute ma vie, pas question de me faire assister", lâche-t-elle, amère. Elle finit cependant par prendre conscience que la situation ne peut plus durer.

Mi-mars, Lynda Dumélé, présidente de l'École du Chat, qui la connait depuis longtemps, commence le travail en relation avec Eure Habitat et le CCAS (Centre Communal d'Action Sociale) de Vernon. Elle lance des appels à l'aide sur Internet. Elle finit par obtenir le soutien de Trente Millions d'Amis. "Sans leur bonne volonté et leurs moyens, rien n'aurait été possible", précise-t-elle. "Nous leur devons un grand merci".

Vendredi l'École du Chat et Trente Millions d'Amis sont arrivés chez Josiane pour emporter une partie des chats. Six partent dans une famille d'accueil. Trente Millions d'Amis en emporte plus de vingt. Six restent avec Josiane. Les animaux sont calmes et apaisés. "Elle les aime à sa façon", explique Lynda Dumélé. "Malgré tout, ils sont mal nourris, du fait de la précarité de leur propriétaire".

Maintenant que ses animaux sont tirés d'affaire, Josiane va pouvoir avancer. Elle en a exprimé le souhait. "Nous sommes en train d'évaluer le montant des travaux de nettoyage et de réfléchir à l'accompagnement spécifique à apporter avec le CCAS", explique Christine Maire, directeur territoire chez Eure Habitat.

Les travaux seront à la charge de Josiane. Étant donné sa précarité et l'état de son logement, la somme risque d'être bien élevée pour elle. En attendant, elle pourrait rejoindre une structure d'accueil. Il lui faudra attendre encore quelques mois avant de prendre un nouveau départ.

 

L'association a besoin d'un local

Lynda Dumélé ne ménage pas ses efforts. La présidente de l'École du Chat est sollicitée de toute part. Police, acteurs sociaux, personnes en difficulté font appel à elle pour régler certains problèmes.

Parfois, comme avec Josiane, cela va bien au-delà des soins apportés aux chats. Pourtant, son association, qui s'occupe en continu de plus de soixante-quinze bêtes, ne possède toujours pas de local.

"Après quatre cancers, ce n'est pas facile"

Il ne serait pas de trop, surtout quand Lynda doit prendre en charge plusieurs dizaine d'animaux d'un coup. "Je construis des abris un peu partout. J'ai placé quarante chats à Adoma, à Vernon, d'autres rue de Saint Marcel et rue de la Marne. Je m'étale aussi un peu dans la région de Saint-Clair-sur-Epte", explique-t-elle.

La présidente aimerait posséder un grand local pour son association afin d'installer une infirmerie, un refuge pour l'accueil, de quoi faire de la collecte alimentaire, des journées portes ouvertes ou pour accueillir les futurs maîtres. "Aujourd'hui, je fais une grande part de tout ça, mais en courant partout. Après quatre cancers, ce n'est pas toujours facile".

Malgré les services qu'elle rend à Vernon et autour, la réponse de la mairie est toujours semblable. "Cela fait longtemps que Lynda Dumélé nous demande des locaux", confirme Agnès Bernard, adjointe au Social. "Mais nous n'en disposons pas". Elle précise: "La mairie a obligation de s'occuper des animaux errants. Dans le cas des chiens, nous sommes obliger de les garder, il existe un refuge. Une fois soignés, les chats eux, peuvent être relâchés dans la rue".

Même si la mairie participe aux frais vétérinaires, Lynda Dumélé met souvent la main à la poche à la fin du mois.

Pourquoi adopter si l'on ne peut s'en occuper?

Toujours souriante et courageuse, la présidente de l'École du Chat ne risque pas de se laisser démonter. "Il y a trop de gens qui ont besoin d'aide. Et puis on ne peut pas laisser de pauvres bêtes souffrir". Selon elle, un comportement raisonnable de la part des humains pourrait améliorer les choses. "Si l'on se sait incapable de s'en occuper, pas la peine de prendre un chat. Dans tous les cas, il faut suivre les mesures pour ne pas les laisser pulluler".

 

AIDER

Dons

L'École du Chat est toujours à la recherche d'aide sous toutes ses formes. De la nourriture, du matériel ou simplement un peu d'argent. L'association vient aussi en aide à des personnes en conditions très difficiles. Elle accepte ponctuellement des meubles, du savon ou des couvertures. Enfin, il vous est aussi possible d'offrir un local à l'association, elle en recherche un désespérément.

Accueillir ou adopter

Pour aider la cause des chats, on peut aussi donner de sa personne. L'École des chats recherche en permanence des familles d'accueil ou des adoptants pour les bêtes laissées à l'abandon. Des chatons aux adultes, les offres d'adoption sont consultables sur le site Internet.

Contacts
École du chat, présidée par Lynda Dumélé. Site Internet: www.ecoleduchat-vernon.com
Tél. 06.15.71.22.74